Monsieur Santé

afficher le menu Startseite anzeigen afficer le champ de recherche

Susanne Steffen Quel est le prix d’une vie humaine ?

Le cas a fait les gros titres des journaux: Novartis a développé un médicament contre l’amyotrophie spinale (AS), une maladie rare d’atrophie musculaire, qui frappe environ douze nouveaux nés par an en Suisse. La maladie les empêche de transmettre des signaux à leurs muscles. Dans sa forme la plus sévère, cette pathologie ne permet souvent …

lire la suite »

Le cas a fait les gros titres des journaux: Novartis a développé un médicament contre l’amyotrophie spinale (AS), une maladie rare d’atrophie musculaire, qui frappe environ douze nouveaux nés par an en Suisse. La maladie les empêche de transmettre des signaux à leurs muscles. Dans sa forme la plus sévère, cette pathologie ne permet souvent pas aux enfants d’atteindre l’âge de deux ans. Le nouveau médicament est censé améliorer massivement leur vie et la prolonger jusqu’à une durée de quatorze ans – et cela, avec un seul et unique traitement ambulatoire. Le problème, c’est que ce traitement coûte environ 4 millions de francs par patient.

Il est évident que cette nouvelle a fait des vagues. Médecins, autorités d’admission et de surveillance mais aussi assureurs-maladie, tous doivent maintenant prendre position et dire comment gérer, dans la pratique clinique quotidienne, ces possibilités de thérapie extrêmement chères. Et notre société doit indirectement se confronter à la difficile question de savoir quel est le prix d’une vie humaine. Un problème délicat qu’infosantésuisse a abordé avec Ruth Baumann-Hölzle, docteure en théologie, co-fondatrice et directrice de « Dialog Ethik », Institut indépendant et interdisciplinaire d’éthique dans le domaine de la santé de la Fondation Dialog Ethik.

Lien vers l’interview avec Madame Baumann-Hölzle

aucun commentaire

Susanne Steffen Thérapies sur mesure et coûts au bon vouloir d’autrui

Grâce à la connaissance du patrimoine génétique d’une personne, les personnes gravement malades peuvent bénéficier de nouvelles méthodes de diagnostic et de traitement. Ces «thérapies sur mesure» révolutionnent notamment le traitement du cancer. Le problème, c’est que certaines procédures diagnostiques et certains médicaments ont un coût exorbitant. Il n’est pas rare qu’un traitement coûte plus …

lire la suite »

Dr. rer. pol. Andreas Schiesser Examen triennal des médicaments: comment le taux de change est-il fixé?

La semaine dernière, la comparaison commune du prix des médicaments à l’étranger a été présentée par lʼindustrie pharmaceutique et santésuisse. Dans le contexte actuel, lʼutilisation dʼun cours de CHF 1.29 pour 1 euro semble particulièrement étonnante. santésuisse exige en conséquence une adaptation rapide du taux de change en faveur des assurés. Comment expliquer un cours …

lire la suite »

Frédérique Scherrer Comme des jumeaux… une ressemblance parfois fatale

Vous connaissez Dupont et Dupond, les fidèles amis de Tintin ? Ou les jumeaux Igor et Grichka Bogdanov, célèbres pour leur émission de science-fiction ? Ces deux exemples, sympathiques dans le domaine de la culture, illustrent une réalité préoccupante du quotidien du personnel soignant et médical : de nombreuses erreurs médicamenteuses sont consécutives aux « …

lire la suite »

Dr. rer. pol. Andreas Schiesser Génériques: trop de bureaucratie et pas assez de concurrence – les assurés paient la note

En comparaison internationale, la Suisse affiche sans doute la part de génériques la plus basse au monde puisqu’elle n’atteint que 15%. Comment cela est-il possible alors que les dispositions légales en vigueur reconnaissent les préparations originales et les génériques, et que les prestations doivent être efficaces, appropriées et économiques conformément à la loi sur l’assurance-maladie …

lire la suite »