Monsieur Santé

afficher le menu Startseite anzeigen afficer le champ de recherche

Marianne Eggenberger Moins de risques, moins d’effets secondaires

La grandeur de l’emballage d’un médicament admis et introduit sur le marché n’est pas laissée au hasard et l’on veille à ce que le plus petit emballage corresponde à la durée du traitement et au dosage recommandé selon les informations destinées aux professionnels. Pourtant, la taille de l’emballage ne correspond pas toujours à la durée …

lire la suite »

La grandeur de l’emballage d’un médicament admis et introduit sur le marché n’est pas laissée au hasard et l’on veille à ce que le plus petit emballage corresponde à la durée du traitement et au dosage recommandé selon les informations destinées aux professionnels. Pourtant, la taille de l’emballage ne correspond pas toujours à la durée usuelle du traitement.

Dans le cas des antibiotiques justement, l’utilisation correcte – correspondant à la bonne indication – et la durée du traitement sont importantes pour ne pas accroître la résistance des bactéries aux antibiotiques. La remise de médicaments dans des emballages partiels, ou la vente de médicaments à l’unité, est donc une mesure logique pour ne pas compromettre l’objectif thérapeutique. En France, une étude pilote publiée en 2017 a révélé des résultats positifs: la vente à l‘unité a permis de réduire le nombre de comprimés délivrés de 10% et, en parallèle, d’améliorer le suivi du traitement.

Une étude pilote de la Confédération, menée dans un canton qui reste à déterminer, va maintenant tester en Suisse la vente de médicaments à l’unité, en l’occurrence des antibiotiques, et en démontrer l’avantage potentiel.

Lien vers l’article complet

Madame Santé est
Marianne Eggenberger

Je suis responsable du projet médicaments et HTA chez santésuisse.