Monsieur Santé

afficher le menu Startseite anzeigen afficer le champ de recherche

Susanne Steffen Financement des soins palliatifs hospitaliers: mythes et faits

Dans le domaine des soins palliatifs hospitaliers, de nombreux mythes circulent à propos des forfaits par cas. En réalité, les hôpitaux ont les moyens d’influencer le montant des forfaits par cas en fournissant les données intégrales sur les coûts et les prestations. Actuellement, les cliniques avec une unité de soins palliatifs indépendante affirment que les …

lire la suite »

Dans le domaine des soins palliatifs hospitaliers, de nombreux mythes circulent à propos des forfaits par cas. En réalité, les hôpitaux ont les moyens d’influencer le montant des forfaits par cas en fournissant les données intégrales sur les coûts et les prestations.

Actuellement, les cliniques avec une unité de soins palliatifs indépendante affirment que les forfaits par cas facturables aujourd’hui ne couvrent pratiquement jamais les coûts des prestations. Surtout lorsqu’un patient est tributaire de soins palliatifs intensifs dans un hôpital de soins aigus pendant des semaines voire des mois. On parle de 5000 francs et plus de coûts non couverts par patient en fonction de la durée de l’accompagnement. Des exemples circulent, alimentant la rumeur que les DRG applicables aux soins palliatifs suffisent tout juste pour couvrir une durée de séjour de douze jours. On déplore aussi que les entretiens avec les patients et les proches, essentiels dans les soins palliatifs, et l‘accompagnement spirituel des personnes mourantes ne sont compris dans aucun forfait par cas et qu’ils ne peuvent donc pas être facturés.

Disons-le d’emblée: le système des forfaits par cas DRG (Diagnosis Related Groups) actuellement en vigueur permet de facturer sans limite dans le temps les traitements de médecine palliative. Toutefois, pour déterminer le code DRG correspondant à un patient, il faut enregistrer et documenter sans faille tous les traitements effectués durant un séjour hospitalier ainsi que les diagnostics déterminants. Autrement dit, la responsabilité d’influencer un cost-weight incombe aux hôpitaux chargés de documenter rigoureusement leurs coûts et prestations.

Lien vers l’article complet

Madame Santé est
Susanne Steffen