Monsieur Santé

afficher le menu Startseite anzeigen afficer le champ de recherche

Jean-Paul Brönnimann Bilan de santé: utile ou inutile? – 2ème partie

Être conscient de l’importance de sa santé est parfois un facteur décisif  pour se soumettre à un bilan de santé. Ou est-ce plutôt une question d’âge? Ce sont ces questions ainsi que d’autres qui font l’objet de cette deuxième partie du billet de blogue sur les bilans de santé, respectivement les check-up. Les examens préventifs chez des personnes sans aucun symptôme d’une maladie sont …

lire la suite »

Fotolia_115970855_S

Être conscient de l’importance de sa santé est parfois un facteur décisif  pour se soumettre à un bilan de santé. Ou est-ce plutôt une question d’âge? Ce sont ces questions ainsi que d’autres qui font l’objet de cette deuxième partie du billet de blogue sur les bilans de santé, respectivement les check-up.

Les examens préventifs chez des personnes sans aucun symptôme d’une maladie sont de nos jours monnaie courante. Par contre, comme nous l’avons décrit dans la première partie de notre billet de blogue, ils ne sont pas toujours utiles. Dans certains cas, ils peuvent même causer plus de mal que de bien. Cependant, ils existent bel et bien!

Quand est-on trop jeune ou trop vieux pour un bilan de santé?
Il n’existe aucune réponse générale à cette question. Par contre, il convient de respecter les recommandations de l’Ordonnance sur les prestations de l’assurance des soins (OPAS), qui limitent l’âge et le sexe pour certains examens de prévention. Notamment les dépistages pour les nouveau-nés, le cancer, la mammographie et le cancer colorectal.

Existe-il un palmarès des bilans de santé?
«Établir un palmarès n’a aucun sens. Dépister le cancer du col de l’utérus chez les jeunes femmes est certainement utile et efficace, s’il est bien fait et de bonne qualité. Mais il entre en concurrence avec la vaccination. La coloscopie pour détecter le cancer du colon à partir de 51 ans est probablement aussi très efficace et également très appropriée. Le traitement à temps de l’hypertension est certainement indiqué, mais ne relève guère des mesures préventives, malgré que celle-ci ne présente aucun symptôme. Une glycémie augmentée peut également rester asymptomatique pendant longtemps et passer inaperçue. Un changement de comportement lors de l’obtention des résultats se révèle extrêmement utile est judicieux avant de commencer un traitement médicamenteux.» (Citations de Monsieur Reto Guetg, médecin-conseil de santésuisse).

Quels sont les bilans de santé remboursés par les assureurs-maladie?
Veuillez vous reporter à la première partie sur les bilans de santé (Bilan de santé: utile ou inutile? – 1ère partie). Les bilans de santé remboursés par les assureurs-maladies sont mentionnés dans l’Ordonnance sur les prestations de l’assurance des soins, OPAS. Tout autre bilan de santé doit être payé par la personne assurée voir remboursé, en partie ou intégralement, par une assurance complémentaire. Cela dépend du contrat d’assurance individuel dont le contenu diffère d’un assureur-maladie à l’autre.

Est-ce le sexe, l’âge ou le statut social qui détermine la volonté de se soumettre à un bilan de santé? 
Les informations correspondantes et des données exactes manquent pour répondre à cette question de façon définitive. Il est bien connu qu’en général, les femmes prêtent plus d’attention à leur santé que les hommes. Les femmes sont dès leur jeune âge – plus que les hommes – confrontées régulièrement au système de santé (dépistage cytologique cervico-vaginal, grossesse ou contraception, consultation chez le pédiatre etc.). Enfin, le niveau social et le degré d’instruction jouent également un rôle important.

Monsieur Santé est
Jean-Paul Brönnimann

Je travaille depuis plus de 34 ans dans l’assurance-maladie sociale. Responsable de projet dans le domaine des soins ambulatoires chez tarifsuisse et représentant de santésuisse au sein de diverses commissions paritaires.
Rejoignez-moi sur Facebook et Twitter.