Monsieur Santé

afficher le menu Startseite anzeigen afficer le champ de recherche

Jean-Paul Brönnimann Génériques: les prix excessifs fâchent les Suisses!

Les génériques vendus en Suisse sont plus de deux fois plus élevés que dans les pays avoisinants constate le Surveillant des prix. En outre, la part du marché est bien inférieure par rapport aux médicaments protégés par un brevet. Les prix excessifs associés à une faible part de marché occasionnent inutilement des coûts supplémentaires de l’ordre de plusieurs …

lire la suite »

Fotolia_83227381_S

Les génériques vendus en Suisse sont plus de deux fois plus élevés que dans les pays avoisinants constate le Surveillant des prix. En outre, la part du marché est bien inférieure par rapport aux médicaments protégés par un brevet. Les prix excessifs associés à une faible part de marché occasionnent inutilement des coûts supplémentaires de l’ordre de plusieurs centaines de millions de francs. Cette situation est insupportable et ne peut pas durer.

Les génériques ou médicaments génériques sont des copies conformes des médicaments originaux, dont le brevet est expiré. Ils permettent d’obtenir les mêmes effets thérapeutiques et sont d’une qualité équivalente. Les montants qui doivent être investis dans la recherche d’un médicament générique sont quasi nuls et les frais de développement sont beaucoup plus bas que pour un médicament original protégé par un brevet. Dès lors, les génériques devraient être bien plus avantageux. C’est le cas dans les autres pays européens. La Suisse fait toutefois exception.

Génériques à des prix excessifs en Suisse
Il y a deux ans déjà, le Surveillant des prix avait constaté que les prix des génériques en Suisse étaient beaucoup plus élevés que la moyenne de quinze pays européens. Dans son rapport actuel, il dénonce des prix plus élevés de 59% que le produit identique dans un pays européen comparable. De plus, les génériques détiennent en Suisse une part de marché de 24% seulement par rapport aux médicaments protégés par un brevet. Il en va tout autrement aux Pays-Bas où les génériques représentent plus de 50% des médicaments remboursés par l’assurance-maladie sociale.

Un montant fixe pour la substance active promet d’importantes économies
Des prix excessifs associés à une faible part de marché génèrent des coûts supplémentaires inutiles de 400 millions de francs qui sont actuellement à la charge de l’assurance-maladie sociale. Le Surveillant des prix propose dès lors un changement de système. Afin que les prix des génériques baissent durablement, de nouvelles règles de fixation des prix doivent être prescrites par la Confédération. Celles-ci consistent à fixer un montant, dans le cadre d’un appel d’offres, pour la substance active que contiennent les médicaments hors brevet. Le montant fixe doit tenir compte de l’offre économiquement la plus avantageuse. Le prix de la substance active déterminé et fixé de cette manière doit être remboursé par l’assurance de base. Les patients qui souhaitent un autre médicament contenant la même substance, mais dont le prix de vente dépasse le montant fixe, doivent – selon le nouveau modèle de remboursement – payer la différence de leur poche, à moins que leur médecin n’ait explicitement prescrit le médicament plus onéreux pour des raisons médicales.

santésuisse soutient le changement de système proposé par le Surveillant des prix
Ce n’est plus le médicament, mais la substance active qui est prescrite par le médecin. Ce changement de système rapidement réalisable promet des économies importantes et, par la même occasion, permet de revaloriser les génériques. Le Danemark et la plupart des pays européens utilisent déjà le système des prix fixes depuis plusieurs années  et avec succès. santésuisse attend par conséquent que l’OFSP réalise les conditions-cadre légales nécessaires  le plus vite possible en s’inspirant des systèmes correspondants.

Monsieur Santé est
Jean-Paul Brönnimann

Je travaille depuis plus de 34 ans dans l’assurance-maladie sociale. Responsable de projet dans le domaine des soins ambulatoires chez tarifsuisse et représentant de santésuisse au sein de diverses commissions paritaires.
Rejoignez-moi sur Facebook et Twitter.