Monsieur Santé

afficher le menu Startseite anzeigen afficer le champ de recherche

Jean-Paul Brönnimann Tatouages et piercings: qui paye quand c’est raté?

La réalisation de tatouages et la pose de piercings sont à la mode. En règle générale, ces interventions sur le corps n’ont pas de conséquences sur la santé. Elles ne sont toutefois pas totalement exclues et il se peut qu’il soit absolument nécessaire d’aller chez le médecin. Quels sont les risques et qui prend en …

lire la suite »

tatouage au henné

La réalisation de tatouages et la pose de piercings sont à la mode. En règle générale, ces interventions sur le corps n’ont pas de conséquences sur la santé. Elles ne sont toutefois pas totalement exclues et il se peut qu’il soit absolument nécessaire d’aller chez le médecin. Quels sont les risques et qui prend en charge les coûts du traitement?

En se rendant dans un salon de tatouage ou dans un studio de piercing, on s’expose forcément à certains risques de santé. C’est d’ailleurs également vrai pour les tatouages temporaires ou simulés comme le tatouage au henné qui est souvent proposée le long des plages de Thaïlande. Monsieur Santé a malheureusement pu en être le témoin direct.

Think before ink
Cette expression n’a rien perdu de sa pertinence. Les tatouages peuvent causer toute sorte d’infections ou même transmettre des maladies infectieuses. En outre, les produits introduits dans la peau (pigments, conservateurs ou autres produits chimiques) peuvent provoquer des allergies ou être à l’origine de cancers.

Les piercings présentent un risque accru d’allergies ou d’autres complications. La perforation de la langue se révèle être particulièrement délicate. Des saignements importants peuvent déjà se produire pendant l’intervention ainsi que des paralysies, etc. Avant d’opter définitivement pour un tatouage ou un bijou corporel, nous vous conseillons de consulter la page de l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires OSAV traitant du sujet des tatouages, des piercings et du maquillage permanent. Jetez en particulier un coup d’œil sur la fiche d’information «Tatouages et piercings: comment ne pas risquer sa peau».

Ce que les caisses-maladie remboursent…
Dès qu’une personne laisse faire une intervention sur son corps et que sa santé en est affectée (physiquement ou éventuellement psychologiquement après plusieurs années), elle a droit – au titre de l’assurance obligatoire des soins (assurance de base) – à une prise en charge par la caisse-maladie des coûts de traitement médicalement indiqués.

… et ce qu’elles ne remboursent pas
Le retrait des tatouages ne fait pas partie des prestations obligatoires des caisses-maladie.

Les tatouages et les piercings s’accordent mal avec l’IRM
L’imagerie par résonance magnétique (IRM) est une procédure de diagnostic qui permet d’examiner la structure des tissus, des os et des organes tranche par tranche. Son principe repose sur des champs magnétiques puissants et des champs magnétiques alternatifs dans le spectre des radiofréquences. Le problème: les pigments utilisés pour les tatouages, en particulier pour les couleurs sombres, peuvent contenir de minuscules particules métalliques. Lors de l’IRM, celles-ci peuvent se mettre en mouvement ou tellement s’échauffer que le tissu et donc le tatouage subissent des dommages éventuellement accompagnés de tuméfactions ou de douleurs. Dans les cas extrêmes, cela peut provoquer des brûlures. Dans des cas très rares, les tatouages de grande étendue peuvent même déformer le champ magnétique statique et affecter la qualité des images.

Le risque d’être exposé à de tels effets secondaires dépend de la taille et de la densité des tatouages ainsi que de la qualité des pigments utilisés. Les piercings doivent (en fonction du matériau et de ses propriétés magnétiques) être retirés avant chaque IRM.

Monsieur Santé est
Jean-Paul Brönnimann

Je travaille depuis plus de 34 ans dans l’assurance-maladie sociale. Responsable de projet dans le domaine des soins ambulatoires chez tarifsuisse et représentant de santésuisse au sein de diverses commissions paritaires.
Rejoignez-moi sur Facebook et Twitter.