Monsieur Santé

afficher le menu Startseite anzeigen afficer le champ de recherche

Jean-Paul Brönnimann Appareil dentaire: est-il intéressant de souscrire une assurance dentaire?

Avoir de belles dents bien droites, c’est loin d’être évident. Un enfant sur deux souffre d’une malformation dentaire, des problèmes de la mâchoire ou du système masticatoire. Le coût des traitements peut rapidement atteindre quelques milliers de francs. Qui en assume les frais? Est-il intéressant de souscrire une assurance dentaire? Monsieur Santé s’est penché sur ces questions. Les …

lire la suite »

Dental bracesAvoir de belles dents bien droites, c’est loin d’être évident. Un enfant sur deux souffre d’une malformation dentaire, des problèmes de la mâchoire ou du système masticatoire. Le coût des traitements peut rapidement atteindre quelques milliers de francs. Qui en assume les frais? Est-il intéressant de souscrire une assurance dentaire? Monsieur Santé s’est penché sur ces questions.

Les soins dits conservateurs comme les traitement des carries dentaires ou la correction de la position des dents ne font en général pas partie des prestations prises en charge par les caisses-maladie au titre de l’assurance obligatoire des soins. Il y a cependant des exceptions. Sont à la charge des caisses-maladies les traitements dentaires:

  • en cas de maladies graves du système de la mastication ou lorsque les traitements sont en rapport avec une maladie générale grave (p. ex. leucémie, SIDA, etc.) ou des séquelles dans la mesure où le traitement de l’affection l’exige;
  • lorsqu’ils sont nécessaires pour faciliter et garantir le bon déroulement d’un traitement médical (p. ex. lors du remplacement des valves cardiaques ou lors d’une chimiothérapie, etc.);
  • lorsqu’ils sont dus à une infirmité congénitale à condition que l’AI ne soit pas (plus) compétente.

Vous trouverez le texte précis de la loi ici (art. 17, 18, 19 et 19a de l’OPAS).

Assurance-invalidité

L’assurance-invalidité prend en charge les frais dus aux prestations dentaires lorsqu’ils sont en rapport avec une infirmité congénitale selon les chiffres 201 à 218  de l’annexe à l’ordonnance concernant les infirmités congénitales (OIC) respectivement la liste des infirmités congénitales. Le droit au traitement d’une infirmité congénitale s’éteint à la fin du mois au cours duquel l’assuré a accompli sa 20e année.

Assurance dentaire pour enfants

La plupart des assureurs-maladie proposent des assurances pour les soins dentaires qui prennent en charge à des degrés divers (suivant les produits) les frais liés aux traitements qui ne sont pas couverts par l’assurance de base. Compte tenu des coûts élevés des appareils dentaires, il est tout à fait judicieux et recommandable de conclure une assurance dentaire pour un enfant. Monsieur Santé vous recommande d’examiner les diverses offres d’assurance complémentaire des caisses-maladie au cas où vous envisageriez actuellement une assurance pour les soins dentaires pour votre enfant. Cela en vaut la peine!

Un conseil de Monsieur Santé:

Les pratiques d’admission des assureurs-maladie sont variables. Il est important que l’assurance dentaire pour l’enfant soit conclue avant que l’assureur ne demande un examen de santé. Il est judicieux de la conclure avant la naissance de l’enfant (pour autant que l’assureur-maladie accepte). Renseignez-vous sur:

  • les prestations de l’assurance pour les soins dentaires (en particulier dans le cas d’un appareil dentaire)
  • le degré de couverture (montant assuré et la participation aux coûts)
  • la procédure d’admission (avec ou sans réserve et à partir de quel âge un examen de santé est exigé)
  • un délai de carence éventuel
Monsieur Santé est
Jean-Paul Brönnimann

Je travaille depuis plus de 34 ans dans l’assurance-maladie sociale. Responsable de projet dans le domaine des soins ambulatoires chez tarifsuisse et représentant de santésuisse au sein de diverses commissions paritaires, je m’occupe également du guichet d’information électronique de Monsieur Santé en tant que coordinateur des réseaux sociaux.

Rejoignez-moi sur FacebookTwitter et Google+.