Monsieur Santé

afficher le menu Startseite anzeigen afficer le champ de recherche

Stephan Colombo Enfin libre ! Vrai choix de l’hôpital dans les cantons bâlois

En introduisant un nouveau système de financement, le législateur a voulu renforcer la concurrence entre les établissements hospitaliers. Le libre choix de l’hôpital est un élément fondamental de la révision, un droit accordé aux patients de l’assurance de base également. Mais cette intention louable a été soumise depuis le 1er janvier 2012 aux lois de …

lire la suite »

spialwahlEn introduisant un nouveau système de financement, le législateur a voulu renforcer la concurrence entre les établissements hospitaliers. Le libre choix de l’hôpital est un élément fondamental de la révision, un droit accordé aux patients de l’assurance de base également. Mais cette intention louable a été soumise depuis le 1er janvier 2012 aux lois de la réalpolitique, et le libre choix de l’hôpital n’a jamais vu le jour. Deux demi-cantons viennent enfin de franchir le pas vers une liberté réelle.

La confusion règne chez bon nombre de patients qui ne savent pas dans quels hôpitaux ils peuvent se faire soigner sans supporter des frais supplémentaires. La réponse à leur interrogation s’avère complexe et multifactorielle: il faut notamment tenir compte des tarifs de référence, de la liste des hôpitaux du canton de résidence et du canton d’implantation de l’hôpital. Par crainte de devoir payer de leur poche des frais non couverts par leur assurance-maladie, les patients de l’assurance de base hésitent donc à franchir les frontières de leur canton.

Les deux cantons de Bâle donnent l’exemple
Cela semble difficile à imaginer à l’ère de la mondialisation, mais nous ne disposons pas d’un marché intérieur de la santé, des pénalités prohibitives sanctionnent le recours à des prestations à l’étranger et la géographie du système de santé s’appuie sur les lignes cantonales. Les gouvernements des deux cantons bâlois ont toutefois démontré le 24 septembre 2013 qu’il était possible de faire bouger les choses: à partir du 1er janvier 2014, les patients des deux demi-cantons pourront en effet choisir librement parmi tous les hôpitaux bâlois répertoriés. Les patients de Bâle-Campagne pourront se faire soigner dans un hôpital de Bâle-Ville sans mettre la main à la poche et inversement. C’est un pas dans la bonne direction. Car pour que la concurrence puisse s’exercer, les patients doivent choisir leur établissement hospitalier à partir de critères tels que la qualité et les résultats, et non pas l’implantation cantonale et les tarifs de référence. Reste à espérer que cet exemple fera école et que l’article 39 de la LAMal, qui stipule que les cantons coordonnent leurs planifications, ne restera pas lettre morte.

Monsieur Santé est
Stephan Colombo

SwissDRG de A à Z.